Sharing is caring !

  • Il faut bien éduquer et former les femmes au leadership

Il y a un proverbe africain qui dit : « Quand on éduque un garçon, on forme un homme. Quand on éduque une fille, on forme un village. » Non seulement c’est vrai, mais on peut le mesurer. Par exemple, une femme est beaucoup plus susceptible de consacrer ses revenus aux soins de santé et à l’éducation qu’un homme : elle y consacre jusqu’à 90% de ses revenus, contre seulement 30 à 40% pour un homme. Cette façon de faire a des répercussions sur l’ensemble de la société, au-delà des générations. L’apprentissage n’est que la première étape à franchir, et le travail la deuxième : il permet aux femmes de s’épanouir et d’exprimer tout leur potentiel.

La pauvreté est profondément enracinée dans le déséquilibre qui existe entre ce que les femmes font et ce qu’elles possèdent. Pour lutter contre la féminisation de la pauvreté, il est crucial de renforcer les capacités des femmes et de réduire les inégalités entre les sexes pour permettre aux femmes de transformer leur propre vie et celle de leur famille et de leur communauté. Le FIDA (Fonds international de développement agricole) s’emploie à créer les conditions requises pour que les ruraux pauvres soient partie prenante au développement économique et social, et se libèrent de la pauvreté. Cela passe par un meilleur accès aux actifs fondamentaux que sont, par exemple, l’eau, la terre, le capital financier, le savoir et la technologie, ainsi que par un plus grand contrôle de ceux-ci. Le Fonds s’attache plus spécialement à supprimer les obstacles matériels, institutionnels et politiques qui empêchent les ruraux pauvres, notamment les femmes, de réaliser leur potentiel.

Dans ses programmes et projets, le FIDA assortit l’intégration des questions de parité hommes-femmes de mesures spécifiques d’autonomisation des femmes. Concrètement, cela se traduit par une prise en compte systématique du rôle et des relations des hommes et des femmes dans les initiatives de développement, et par une attention spéciale à une participation équilibrée des hommes et des femmes à ces initiatives ainsi qu’aux bénéfices qui en découlent. Cependant, dans la mesure où les besoins, les droits et les intérêts des femmes sont souvent négligés, des activités spécifiques sont également conçues en leur faveur afin qu’elles aient les mêmes chances de participation que les hommes. Pour appliquer cette approche d’autonomisation des femmes, l’appui des hommes est indispensable. Pour favoriser l’égalité entre les sexes, le FIDA articule son action autour de l’amélioration du bien-être des femmes. En somme, nous pouvons et devons faire notre part pourFéminisation de la pauvreté_Afropolitanis que les femmes partout dans le monde aient accès aux ressources, aux compétences, aux connaissances et aux occasions dont elles ont besoin pour devenir les moteurs de leur propre épanouissement à long terme.

Contre la féminisation de la pauvreté
Contre la féminisation de la pauvreté
  • Il faut lutter contre les violences faites aux femmes.

La résolution et  le plan  d’action du Sommet   sur les OMD  montrent  que,  pour  la  communauté,  l’égalité  entre les  hommes  et  les  femmes  et  l’autonomisation des  femmes  contribuent également de manière  cruciale  à  la  réalisation  des  autres  OMD et  à  la  réduction  des violences menées contre les femmes. C’est dans cette perspective que la société civile à travers le PSVF (Projet Social contre les Violences faites à l’égard des Femmes (PSVF) a organisé en septembre 1998 le premier des ateliers consacrés au problème en encourageant la  production  et la représentation des pièces de théâtres et autres jeux éducatifs, des chants et danses, la confection des spots  publicitaires radiodiffusés et télévisés pour illustrer les répercussions de la violence sur les femmes et leurs familles. Les militantes du PSVF ont également crées des clubs d’éducation dans plus d’une plus d’une quinzaine d’écoles secondaires du Cameroun. Les mêmes clubs organisent des activités locales destinées à briser les stéréotypes qui incitent à la violence et à rapprocher filles et garçons en vue de mettre un terme à  la violence dans leurs communautés, permettant ainsi à la femme d’occuper une place de choix dans la prise de décisions.

  • Il faut réduire les inégalités dans l’accès aux droits de propriété.

En dépit de l’importance de la terre pour la subsistance des femmes, dans de nombreuses parties du monde, les femmes ne possèdent pas de terres ou de propriétés. Lorsqu’elles en possèdent, ces propriétés sont généralement plus petites que celles des hommes. En fonction du pays en Amérique latine, les hommes agriculteurs représentent de 70 à 90 % des propriétaires officiels des terres agricoles. Au Kenya, les femmes propriétaires ne représentent que 5% des propriétaires fonciers enregistrés. De nombreux facteurs contribuent à ces inégalités, dont les pratiques discriminatoires en matière d’héritage, l’accès inégal aux marchés fonciers et les réformes agraires inéquitables. Ces facteurs entravent la capacité des femmes d’assurer leur productivité agricole et leur sécurité alimentaire et de protéger leur subsistance et celle de leur famille. De plus, les femmes ne jouissent toujours pas d’un accès égal au logement et aux technologies qui pourraient alléger leurs charges de travail. Ensemble, toutes ces inégalités minent la capacité des femmes d’assurer plusieurs aspects de leur bien-être, dont la santé, l’éducation, l’emploi et la sécurité physique.

La terre représente la part la plus importante des biens d’un ménage. Pour les personnes qui n’ont pas d’emploi, elle peut servir de filet de sécurité dans les périodes financièrement difficiles. Dans bon nombre de pays en développement, l’agriculture continue d’être une importante source d’emploi et de subsistance. Les femmes sont souvent beaucoup plus dépendantes des emplois liés à l’agriculture que les hommes. En 2008, en Asie et en Afrique, les femmes représentaient respectivement 43% et 50% de la main-d’œuvre dans le domaine de la production alimentaire. En effet, lorsque  les  agricultrices  ne jouissent  pas  de  la  sécurité  foncière,  comme  c’est  le  cas dans de nombreux pays, surtout en Afrique, elles ont un accès plus limité au crédit et aux facteurs de production et les sols ne sont pas exploités de manière efficace, ce qui a pour effet de réduire les rendements.

Par suite de la discrimination sur les marchés du crédit et les obstacles auxquels  peuvent  se  heurter  les  femmes  qui  cherchent à  avoir  accès  à  des  intrants  productifs,  il  est  aussi  plus difficile  pour  les  entreprises  qui  ont  une  femme  pour chef d’être aussi productives et rentables que celles qui sont dirigées par un homme. Assurer  aux  agricultrices  le  même accès  qu’aux  agriculteurs  à  des  engrais  et  à  d’autres facteurs  de  production  agricoles  permettrait  d’accroître le  rendement  du  maïs  de  11  à  16  %  au  Malawi  et  de 17  %  au  Ghana.  Renforcer  les  droits  de  propriété  des femmes  au  Burkina  Faso  aurait  pour  effet  d’accroître la production agricole totale des ménages d’environ 6 %, sans  aucun  apport  de  ressources  supplémentaires.  Selon   les   estimations   de l’Organisation  des  Nations  Unies  pour  l’alimentation et  l’agriculture  (FAO),  donner  aux  agricultrices  et  aux agriculteurs  le  même  accès  aux  ressources  productives pourrait  entraîner  un  accroissement  de  la  production agricole  de  l’ordre  de  2,5  à  4  %  dans  les  pays  en développement. Alors qu’est ce que nous attendons pour passer à l’action ? Valorisons la femme par nos actions et pas seulement dans nos discours. Et toi, que fais-tu pour la promotion du  genre ?

http://lafropolitain.mondoblog.org/files/2017/07/Féminisation-de-la-pauvreté_Afropolitanis.jpghttp://lafropolitain.mondoblog.org/files/2017/07/Féminisation-de-la-pauvreté_Afropolitanis-300x200.jpgChristian ELONGUEAfriqueArticles ScientifiquesEconomieSociétéautonomie,économie,featured,féminisation de la pauvretéIl faut bien éduquer et former les femmes au leadership Il y a un proverbe africain qui dit : « Quand on éduque un garçon, on forme un homme. Quand on éduque une fille, on forme un village. » Non seulement c’est vrai, mais on peut le mesurer. Par exemple, une femme...Africa lives in You !!!
The following two tabs change content below.
Christian ELONGUE

Christian ELONGUE

Afropolitan | Blogger | Coach | Dreamer
Je suis un afropolitain indiscipliné et passionné par l'éducation, le numérique et l'autonomisation des femmes. Rêveur éclairé, j'adore les voyages autant que l'écriture. Le livre est une vivre qui m'énivre autant que l'art oratoire. Fan d'humour et d'amour, je suis un bénévole dans l'âme qui prend toujours plaisir à servir ! Bienvenu(e) sur Afropolitanis ! Akwaaba ! Welcome ! Sens toi chez toi ! Mets-toi à l'aise! Découvre ! Explore ! Et surtout, n'hésite pas à me laisser un commentaire au besoin !